Top
  >  Avis Tourisme voyage Mao, Tchad
Avis Tourisme voyage Mao, Tchad

Mao, Tchad

Siège de division administrative   18031 habitants.
Fuseau horaire Africa/Ndjamena

,

Avis Tourisme voyage
Mao, Tchad

Connaissez-vous cette région Mao ? Vous avez peut-être un avis à me donner pour un de mes prochains périples que vous pourrez ensuite découvrir sur le site ?

Recevrez gratuitement ma lettre d’informations, l’actualité du site et de mes voyages.

Le prénom Mao est un prénom rare en France, attribué seulement depuis la fin des années 1988 selon l’Insee, tandis qu’au Japon et en Chine ce prénom est très ancien. Toutefois, ce prénom s’est popularisé dans la deuxième partie du XXe siècle sous l’influence de l’homme politique chinois Mao Zedong. Ce dernier régna sans partage sur la Chine de 1954 jusqu’à sa mort en 1976. Il est le fondateur du Maoïsme. Le prénom Mao a également une origine bretonne. En effet, une chercheuse au CNRS, Marie-Thérèse Morlet, a publié le « Dictionnaire étymologique des noms de famille » dans lequel elle met en lumière les origines bretonnes du prénom Mao. Selon la scientifique, Mao serait alors un dérivé du prénom Mathieu. Mao en langue bretonne signifie « mauu » qui désigne un jeune garçon. Le prénom est fêté le 21 mars.

Le Tchad, en forme longue la république du Tchad (en arabe : جمهورية تشاد), est un pays d’Afrique centrale sans accès à la mer, frontalier de la Libye au nord, du Niger à l’ouest, du Nigeria à l’ouest-sud-ouest, du Cameroun au sud-sud-ouest, de la République centrafricaine au sud et du Soudan à l’est. Sa capitale est N’Djaména. Géographiquement et culturellement, le Tchad constitue un point de passage entre l’Afrique du Nord et l’Afrique subsaharienne. D’une superficie de 1 284 000 km2, c’est le cinquième pays le plus vaste d’Afrique.

Le Tchad se divise en trois grands ensembles géographiques : du nord au sud, on trouve successivement une région désertique, un espace semi-aride, puis la savane soudanaise. Le lac Tchad, qui donne son nom au pays, est son principal plan d’eau, et le point culminant du pays est l’Emi Koussi, dans le massif du Tibesti.

Différents États et empires se sont succédé dans la partie centrale du pays depuis la fin du Ier millénaire av. J.-C. , tentant de contrôler le commerce transsaharien. Ces États sont le royaume du Kanem (puis l’empire du Kanem) du VIIIe au XIXe siècle, le royaume du Ouaddai et le royaume du Baguirmi.